Fabrication de la porcelaine

 















Un peu de technique
La porcelaine se distingue des autres céramiques
que sont la terre cuite,
la faïence et le grès par la blancheur, la translucidité, l’imperméabilité,

la dureté et la sonorité de sa matière.


LA PATE :
elle est principalement composée de 3 roches :


Le kaolin (haute colline en chinois)

élément de base de la porcelaine (55%), c’est une argile plastique

très pure et très blanche.


Le quartz (20%) :
matière dégraissante, permet la tenue des pièces au feu.


Le feldspath (25%) :
élément fondant, assure la vitrification du mélange.


LE FACONNAGE :
pour transformer cette matière première en objets fabriqués,

la pâte peut être soit :


Modelée
tournée et estampée à la main: tours de main très difficiles auxquels on a recours que pour la réalisation de prototypes ou de pièces d’artiste.


Coulée
rendue liquide, la pâte est versée dans un moule en plâtre creux dont la porosité permet, après un temps de prise, une sédimentation sur les parois. La pièce est ensuite démoulée. On fabrique ainsi
les pièces creuses (soupière, verseuse, vase...).

Calibrée
usitée pour des objets ronds (assiette, soucoupe, tasse...), cette technique utilise une pâte semi-molle sous forme de "camembert"
que l’on pose sur un moule placé lui-même sur un tour donnant la forme.
Une lame ou calibre détermine l’épaisseur.


Pressée
la pâte séchée en granulés est injectée sous pression entre les 2 faces d’un moule.

LA CUISSON
Après séchage et finissage, la pièce est cuite une première fois à 980° dans un four électrique. Elle est "dégourdie", c’est-à-dire déshydratée.
Devenue poreuse, elle est alors émaillé par trempage dans un bain liquide. Elle est prête à supporter une seconde cuisson dite de "grand feu" à 1400° dans un four à gaz.
On assiste alors à une véritable transmutation irréversible de la matière au cours de laquelle la pièce vitrifiée perd environ 15% de son volume
dans toutes ses dimensions!   C’est le retrait.
La terre poreuse, grisâtre et fragile est devenue une matière blanche, translucide, imperméable et sonore.

LE DECOR :
la pièce peut alors être décorée. Des émaux vitrifiables
et métaux précieux (or, platine) sont appliqués sur l’émail cuit :


au pinceau (peinture et décoration à la main),

par chromolithographie

ou par gravure (l’incrustation).
Au cours ou après, la pièce subit une ou plusieurs cuissons supplémentaires entre 780° et 1350° pour fixer les couleurs et métaux sur l’émail.


 





SolidPepper